montresmecaniques


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Lings ou le Madoff des chronographes

Partagez
avatar
cedric38

Lings ou le Madoff des chronographes

Message par cedric38 le Ven 11 Juil 2014, 18:22

Dans l'histoire mondiale de l'escroquerie, il existe quelques personnages qui rentrent dans le panthéon :

Pour ne citer que les plus connus : William Thompson, Gregor Mc Gregor, Charles Ponzi, Victor Lustig et bien entendu, Bernard Madoff.

Ce qui est fascinant dans la mécanique de l'escroquerie c'est que bien souvent, l'escroc essaie de faire passer pour vrai, un truc totalement bidon, ainsi Bernie Madoff fit longtemps croire à ses clients qu'il était capable avec son "fonds" de servir une rentabilité exagérément élevée eu égard du risque pris par les investisseurs, c'est à dire entre 10% et 15% quand les placements dits "sans risque", rapportaient bon an mal an 5%.

Bref, dans l'histoire de l'horlogerie, et c'est le point qui nous intéresse il y a aussi eu de nombreux cas de "faux", "hommages" ou "inspirations". Ainsi des marques comme Breitling, Rolex ou Omega pour ne citer qu'elles ont été victimes de faussaires qui n'hésitaient pas et qui continue à ne pas hésiter, à plagier en partie ou totalement leurs travaux. Je ne m'étendrais pas plus ici sur les copies, mais je voulais partager avec vous un morceau "d'escroquerie" horlogère que je trouve intéressant à plusieurs niveaux : historique, sociologique, et technique.

Cette pièce est bien entendu, le chronostop Lings :


De nombreux acheteurs sur la toile ou dans les brocantes se font avoir par la beauté de son cadran, si, il faut l'admettre, en tout cas personnellement c'est le cadran que j'ai adoré et qui m'a poussé à l'achat de cette curiosité, et pensent acheter un chrono-graphe et non un chrono-stop. Quelle déception lorsqu'ils se rendent compte que leur acquisition n'est pas véritablement ce qu'ils pensaient avoir payé. C'est donc là que commence la supercherie.

Personnellement l'acquisition pour quelques dizaines d'euros de cette pièce s'est faite en toute connaissance de cause. La lecture de quelques posts sur la toile et le test dudit chrono-stop sur une brocante l'été dernier m'avaient permis de savoir à quoi m'attendre.

Alors pourquoi en faire un revue sur un site comme Montres Mécaniques   . Et bien tout simplement pour mettre en relief, l'intérêt historique notamment de cette montre.

En effet nous sommes nombreux ici à apprécier le charme délicieux d'un chrono-graphe des années, 20, 30, 40 ou 50 et plus encore.

Ces derniers étaient, à l'époque réservés, à des catégories très précises de la population : ainsi, des docteurs, des aviateurs, des sportifs ou des personnes de la haute société arboraient à leurs poignets, ces "toolwatch" dans le sens le plus noble du terme :


Crédit Photo : Ebay


Crédit Photo : Ebay


Crédit Photo :Timezone


Crédit Photo : Chronocentric

Néanmoins, Monsieur Tout Le Monde, déjà à l'époque, mû par le sentiment de faire comme le voisin médecin, cherchait lui aussi à arborer ce signe d'appartenance.

Etant donné que l'industrie du faux n'existait pas véritablement, un procédé alternatif apparu pour satisfaire les besoins de Monsieur Tout Le Monde : le chrono-stop.

Le Chrono-stop est donc le Canada Dry des chrono-graphes. En effet sous certains aspects, le cadran est celui d'un chrono-graphe avec ses compteurs, la trotteuse est bien indépendante et peut être arrêtée comme pour toute opération identique sur un chrono-graphe, sauf qu'elle ne se remet pas à zéro!!

Voici le cadran de ma Lings, grâce auquel nous allons plonger dans les méandres de la duperie :


Une double échelle : tachymétrique en bleu, et télémétrique en rouge :


Un logo en forme de couronne (et oui, on se fout pas de la gueule, il faut une tête couronnée) et un nom de marque, Lings, fleurant bon la descendance d'un SAS, Prince Malko Linge  clown .

Là où cela devient intéressant, c'est la mention "21 prix", l'homme pressé, y lira "21 jewels", malheureusement pour MTLM (Monsieur Tout Le Monde), nous verrons en ouvrons le capot de la machine, nul présence de rubis sur le calibre, et puis au sud du cadran, le mot "System", où Madame Michu, lirait "Swiss" parce que bien sûr le chrono c'est du Swiss Made :



Du point de vue technique, bien entendu le calibre est pour le moins rustique pour ne pas dire pire :




Crédit Photos : Ebay

Toutefois, je suis fasciné par l'ingéniosité du système : le poussoir à 2h permet de démarrer la trotteuse, celui à 4h de l'arrêter donc de stopper le travail du balancier, un appui sur le poussoir à 2h permet de faire repartir la trotteuse.

Au final, la fonction chronométrique est présente comme sur tout chrono-graphe, à ceci près...que lorsque le chrono est démarré, nous perdons l'heure exacte!!! et donc il est nécessaire de régler l'heure.

La tenue de l'heure du Chrono-stop est assez bluffante pour les kopecks dépensés

Pour les techniciens, je ne saurais que trop vous conseiller la video suivante permettant de se rendre compte du fonctionnement en "live" :


Pour terminer, le compteur à 9h a un usage...étonnant, puisque son aiguille fait un tour complet en 4 heures, dans le sens anti-horaire, sur la base de 15 minutes toutes les heures sans aucune autre utilité que de ...tourner Smile

Au total, comme souvent, c'est plus l'usage sympa et décalé et le cadran qui m'ont amené à faire la modeste acquisition de cette curiosité.

Pour le reste, la boite mesure 37mm :


Le boitier chromé est doré, là encore, ce point renvoie aux tentatives de copie des chrono-graphes, en or ou plaqué de l'époque


Le caseback est dénué de toute fioriture :


Le strap vaut plus que la montre :




Au final, une pièce intéressante sous de nombreux aspects, rustique mais pratique, visuelle mais pas technique.

 japonais 
avatar
p@tek

Re: Lings ou le Madoff des chronographes

Message par p@tek le Sam 30 Aoû 2014, 00:11

Et bien maintenant je sais ce que c'est!
Merci Cédric!
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 25 Sep 2017, 17:17