montresmecaniques


Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Partagez

Z'

Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par Z' le Sam 19 Sep 2015, 02:29

Bonsoir, je vous propose un petit compte-rendu de ma visite d'une exposition remarquable intitulée Le Chronographe à travers le Temps qui retrace l'évolution de la mesure du temps court depuis la seconde moitié du 19é s- chez Vacheron Constantin. L'exposition se tient en la fort célèbre boutique du 7 Quai de l'Île, à Genève.
Mes comptes-rendus sur MM sont rares, si je me souviens bien mon dernier remonte à ma visite du musée Longines il y a près d'un an et demi. Je suis ici dans le même cas que lors de ma visite du musée Longines, L'exposition est en effet à ce point intéressante et je fus tellement bien recu que je n'avais pour ainsi dire pas d'autre choix que d'en faire le partage.avec vous ici. Mes hôtes chez Vacheron Constantin n'étaient  autres qu'Alex Ghotbi, Community & Social Media Manager/ animateur de l'excellent Hour Lounge et Hour Club, et Jérôme Meier, Collections & Expertise Manager. Deux experts de choc et de charme.

J'ouvre ce compte-rendu avec un gros regret, celui de ne pas avoir pris plus de photos de l'espace d'exposition qui se situe au premier étage de la boutique, ainsi que des premières et dernière vitrines de l'exposition. Vacheron Constantin y tient en cet endroit une voire deux expositions thématiques par an. Celles-ci ne sont d'ordinaire accessibles que sur rendez-vous. A titre d'exemple en 2013 fut organisée une exposition sur Les Sons du Temps, en 2014 Voyages & Ornements, etc. autant de facettes qui montrent le fantastique héritage et savoir-faire de la marque.

Le tour de l'exposition débute par quelques pièces iconiques, montres, documents et autres illustrations qui illustrent la génèse et l'expansion de la marque aux 18è et 19è s. L'exposition est agrémentée de meubles horlogers et surtout de fantastiques machine, chefs d'oeuvre d'ingénierie (et d'ingéniosité) alliant bois, laiton et acier, qui prêtent à penser au travail méticuleux de l'artisan horloger d'antan. Toutes semblent en effet appartenir à un âge bien révolu, mais quelle ne fut ma surprise de retrouver plus tard dans la journée certaines d'entre elles encore en usage aujourd'hui à Plan-les-Ouates, au sein de l'excellent service de restauration des montres vintage de la maison. L'exposition continue par une premier rangée de vitrines présentant de superbes chronographes de poches, la plupart montés de cadrans émaillés de toute beauté. Les premières références de chronographes bracelets surviennent dès le début des années 20. On y trouve quelques montres de forme coussins de toute beauté, dont ce superbe chronographes qui figure sur l'affiche de l'exposition et qui a servi d'inspiration à la collection Harmony, la toute dernière ligne de chronographes Vacheron Constantin qui fut lancée à Bâle 2015.



Un second alignement de vitrines nous fait basculer dans la véritable genèse du chronographe bracelet moderne dans la seconde partie des années 30, les années 40 et 50. Nous y trouvons parmi les trois références les plus iconiques de la marque: les ref. 4072, 4178 et 6087.

Commencons toutefois avec un chronographe-compteur d'une autre reférence moins connue, la ref. 3466, 1935, acier inoxydable, cadran argenté avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 30 minutes à 3h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" chrono:



Info complémentaire*, 1935 ref 3466: mono pusher (push piece at 2) chronograph, 30 minute counter Cal 13 lignes made in 3 pieces in a 33.5mm yellow gold case. Between 1935 and 1938 made other chronographs similar to the ref 3466 with slight modifications to the case or lugs. These were either mono or bi pushers and depending on the demand were made with tachymeter, telemeter, pulsometer or variations thereof. These models were made in 60 pieces in yellow gold and 7 in steel. 



Une autre référence, la ref. 4075, 1937, or jaune 18 ct, attaches mobiles et poussoirs olives, cadran argenté avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre RA 13" chrono:



Info complémentaires*, 1938 ref. 4075: This model was first made in 1937 in 18 yellow gold pieces and only received a reference number in 1938. Production continued until 1939. The 33.7 mm case with mobile lugs was produced in 48 pieces in yellow gold, one piece in white gold from 1939 and two platinum pieces also made in 1939. This model uses the 13’ cal 295. 


Un second ref. 4075, 1938, or jaune 18 ct, anses mobiles, cadran noir avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 45 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -295:



La ref. 4083, 1939, or rouge 18 ct, cadran rose avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 45 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -295:



Info complémentaires*, 1940(?) ref 4083: mobile scroll lugs, using cal 295 and a 33mm case made in 12 rose gold pieces and 6 in yellow gold. 


La ref. 4072, 1938, acier inoxydable. cadran argenté avec chiffres arabes et index "seringues", compteur 45 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -295:



Info complémentaire*, 1938 ref 4072: One of Vacheron Constantin’s more popular and well known chronograph models and was made until the early 70s. It existed with oval shaped pushers (rare) or more habitually with rectangular ones. The bezel was either bevelled or more rarely flat. The 34mm case came in the following:

Yellow gold
Cal 13’VZ 295: 24 pieces
Cal 13’VZ 434: 285 pieces
Cal 13’VZ 492: 214 pieces

Rose gold
Cal 13’VZ 295: 3 pieces
Cal 13’VZ 434: 252 pieces
Cal 13’VZ 492: 108 pieces

Steel and Steel/gold 
All steel: 213 pieces
Steel with yellow gold bezel: 24 pieces
Steel with rose gold bezel: 55 pieces

The 1968 Vacheron Catalogue mentions the reference 4072 in white gold but the production number is unknown. 


Une autre ref. 4072, 1940, or jaune18 ct, cadran doré avec chiffres arabes et index bâtons, compteurs 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique, Calibre 13" -434:



Une troisième ref. 4072, 1942, or jaune, cadran argenté avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle pulsométrique. Calibre 13" -434:



Une dernière ref. 4072, 1944, avec boîtier bi-ton, acier et or jaune, cadran argenté avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle pulsométrique. Calibre 13" -434:



Sans aucun doute la référence la plus emblématique des chronographes bracelets Vacheron Constantin, la référence 4178, 1945, or jaune 18 ct, cadran argenté avec chiffres arabes et index cabochons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe sans échelle. Calibre 13" -434:



Info complémentaires*, 1940 ref 4178: THE Vacheron Constantin chronograph, the one that aficionados think of when they think of an iconic VC model. This reference was made until 1964. 
Made in the following:
Cal 434: 231 pieces in yellow gold and 280 pieces in rose gold
Cal 492: 114 pieces in yellow gold and 108 pieces in rose gold

The number of pieces in steel and steel/gold is not certain the archives state 191 pieces but with a 20% error margin.

Un second chronographe compteur ref. 4178, 1940, or rouge 18ct, cadran noir avec chiffres romains et index cabochons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -434:



Un troisième ref. 4178, 1946, or jaune 18 ct, cadran noir avec chiffres arabes et index bâtons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -434:




Un quatrième ref. 4178, 1947, or rouge 18 ct, cadran argenté avec chiffres arabes et index cabochons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelles tachymétrique et télémétrique. Calibre 13" -434:



Un cinquième ref. 4178, 1948, or rouge 18 ct, cadran argenté avec chiffres romains et index triangles, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle pulsométrique. Calibre 13" -434:



Un sixième et dernier ref. 4178, 1947, or rouge 18 ct, cadran argenté avec chiffres arabes et index cabochons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelles tachymétrique et télémétrique. Calibre 13" -434:



Le chronographe compteur ref. 4367, 1945, or rouge 18 ct, cadran argenté avec chiffres arabes et index cabochons, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -434:



Info complémentaires*, 1945 ref 4367: based on ref 4178, Vacheron Constantin made two pieces in rose gold on rose gold mesh bracelet. This ref uses cal 434 and has a 36mm diameter. The dial has a very interesting red tachymeter counter. 

Enfin, le chronographe-compteur ref. 6087, 1954, or jaune 18 ct, anses dites "cornes de vache", étanche à fond vissé, compteur 30 minutes à 3h, petite seconde à 9h, minuterie externe et échelle tachymétrique. Calibre 13" -492:



Info complémentaires*, 1955(?) ref 6087: One of my all time favourite chronographs, with stunning cow horn lugs, round pushers and a water resistant case. This ref was made until the mid 60s but two platinum pieces with the same movement (cal 492) but different cases were made in the 90s. Ref 6087 was made in 28 yellow gold pieces and 6 rose gold pieces. The case having a 35mm diameter. It was also Vacheron Constantin’s last chronograph model until 1989! 


Le dernier rayon de vitrine complète l'exposition qui se termine au paroxysme avec de sublimes chronographes-compteurs et rattrapantes de poche, dont un fort bel exemplaire avec échelle sphygmométrique.


Pour plus renseignements sur ces gardes-temps à mon sens encore trop peu connus des amateurs vintage, je rappelle en passant que les chronographes vintage Vacheron Constantin, sont en général plus rares, voire beaucoup plus rare que les chronographes Patek Philippe, je vous invite à (re)découvrir l'excellent article d*Alex Ghotbi sur The Hour Lounge: The history of Vacheron Constantin Wrist Chronographs, Part 1* Vous vous en serai sans doute déjà aperçu, les informations complémentaires ajoutées ci-dessus sont issues cet article:
http://www.thehourlounge.com/en/vacheron-constantin-articles/history-vacheron-constantin-wrist-chronographs-part1-1917-1970-569128
ou encore sur l'exposition-même cet article paru sur PsPro:
http://www.watchprosite.com/page-wf.forumpost/fi-14/pi-7076263/ti-1005123/s-0/pzt-1442089537/


Je ne peux que vous recommander la visite de cette superbe exposition, non seulement pour les pièces présentées, mais aussi et surtout pour la qualité de la visite guidée par Jérôme Meier qui possède une parfaite expertise technique et une profonde connaissance de l'histoire de la marque.
Un tout grand merci à Vacheron Constantin à Alex Ghotbi et à Jérôme Meier.

Z'

avatar
Noodia
Admin

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par Noodia le Sam 19 Sep 2015, 09:05

Cela fait des années que j'entends parler de ces chronographes Vacheron comme étant comparables à leurs homologues Patek et ne jouissant pourtant que d'une reconnaissance plus discrète.
La lecture de ton compte rendu et surtout l'observation des exemplaires que tu présentes confortent la question. Tout cela est très beau, de véritables "chronographes vintage de haute horlogerie" avec tout ce que cela implique en terme d'élégance et de qualité, et encore, on ne voit pas les calibres.

A ce propos, qu'en est-il des calibres ? Des ébauches retravaillées j'imagine ? Des finitions hautes ?

Dans la série que tu nous présentes, mon œil est plus particulièrement attiré par la référence 4072 avec son boitier classique très net. Le tout dernier présente d'ailleurs un état de conservation extraordinaire.
Coté cadrans, se sont ceux à échelle pulsométrique et index appliqués qui m'attirent le plus.

Pourquoi dis tu que la référence 4078 est la plus emblématique ?

Dans tous les cas, tout cela est très beau.

Ton compte rendu met par ailleurs bien en évidence la qualité des acteurs qui animent tout cela, jouissant eux d'une excellente réputation qui je crois fait l'unanimité.

Ton compte rendu est par ailleurs surement d'actualité tant il est vrai que j'entends ici et là qu'un certain nombre de collectionneurs avisés qui ne s'y sont pas trompés, sans parler de professionnels qui ont eux constitués leurs stocks, l'un d'entre eux évoquant même la préparation d'un ouvrage dédié à ces pièces, tout cela sera t il suivi d'une vente selon un processus désormais bien établi ? L'avenir nous le dira, il est évident en tout cas que ces pièces méritent une belle reconnaissance.

Merci Z' pour ce très beau compte rendu aux confins du vintage et de la HH !
avatar
cisco

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par cisco le Sam 19 Sep 2015, 11:54

Merci Z', quel régal sur ces références merveilleuses. Je vais revenir sur ce sujet qui me parle énormément et me fait rêver.

Rapidement sur les calibres ,si on prend l'après guerre*, j'ai beau adoré VC, c'est là ou Patek a un petit avantage, le calibre chrono pour la majorité des Patek est le 13-130, Vacheron le 434 et le 492.
*l'avant guerre ca peut devenir très compliqué surtout sur les pièces rares


Sur le lien qu'a donné Tanguy et le magnifique article d'Alex Ghotbi

le 434 (base Valjoux 22)


le 492  (base valjoux 23)


le 13-130 est un peu plus poussé.


Cela dit, Vacheron offre des choses en terme de boitier et de cadran tout à fait exceptionnelle, le 4072 bi ton en est un exemple (la photos ne rend pas justice), le 4178 à échelle tachymétrique et télémétrique un autre.

Le 4178 est aussi pour moi le plus emblématiques, la forme des cornes proche des gouttes, d'eau les flancs ronds, en font une forme très "Vacheron", c'est un des chronos les plus beau qui soit en terme de boitier amha.


Dernière édition par cisco le Dim 20 Sep 2015, 13:54, édité 1 fois

Z'

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par Z' le Dim 20 Sep 2015, 11:47

Merci cisco pour tes commentaires et autres précisions complémentaires qui apportent des début de réponses aux questions de Noodia. Qu'il est agréable de poursuivre ici notre discussion. :-)

Les calibres et leur finition.
Je pourrais te renvoyer, cher Noodia, à des photos glânées ci et là sur la toile.



Crédit des photos précédentes: R. Maron

Mais je vous propose, à toi et à cisco, que nous nous donnions rendez-vous dans quelques mois extra muros où je serai à même de partager avec vous quelques pièces. Rien ne vaut en effet le contact et l'observation à la loupe en compagnie d'un bon horloger pour une belle lecon de chose. ;-))
Voici entre temps une petite photo prometteuse qui montre de loin le soin apporté à la finition du fond de la platine (perlage) et des ponts (anlage et côtes de Genève) d'un 4178.


La référence 4178 serait la plus emblématique?
C'est en effet ce que je lis à différents endroits. Je suis loin d'être un expert, mais je constate que cette rèférence (n'oublie pas que comme chez beaucoup d'autres marques, nous parlons d'une référence de boîtier) a des carctéristiques tout à fait particulières, qui la distingue d'autres modèles de la marque et dde modèles d'autres marques. Cisco a bien mis le doigt dessus, il s'agit en particulier de la forme des anses et du bombé des flancs du boîtier. Le tout donne à la montre un côté légèrement baroque, une volupté toute particulière. À y regarder de près l'on note que les anses gouttes ont des facettes. Cette caractéristique est toutefois plus visble sur les pièces en acier. Sur les pieces en or elles ont tendances à s'estomper suite à l'usure et au polissage. Cette forme de corne annonce le lyrisme de certaines pièces du début des années '50 qui témoigne d'un renouveau d'optimisme apres la période d'austérité de l'immédiate après-guerre. La référence 4178 est née en pleine seconde guerre mondiale, j'y vois donc, à l'inverse de la ref. 4072 qui est contemporaine, une touche d'espoir et d'optimisme. Je suis aussi particulièrement sensible à la ligne bombée du flanc du boitier. J'aime particulièrement la manière sculpturale par laquelle les poussoirs rectangulaires s'insèrent et sortent du boîtier. J'y vois le même esprit que sur ma référence préférée de chronographe Longines. La ref. 2993. Voyez plutôt. Une référence de l'immédiate aprês-guerre, une référence ambigue qui allie exubérance et austérité.


Alors, LA référence,  le modèle emblématique de la marque des anées 40? Pour moi oui, en effet, un peu comme le 6087, le modèle "cornes de vache" le sera pour les années 50.  J'ajouterais que le 4178 l'est également par sa taille qui avec ses 35,5 mm est plus au goût du jour et sans doute plus "portable" que les plus petits chronographes. (Je m'attends à la désaprobation de cisco :-)
Voici quelques photos bien meilleures que celles que j'ai pu prendre lors de l'exposition derrière des vitres armées:























Crédit des photos précédentes: P. Poutros, P. Papaleo, R. Maron, Phillips, A. Foffi, Hodinkee

Noodia, tu mentionnes, annonces l'arrivée proche d'un souffle de spéculation sur ces beaux chronographes.
Peut-étre, mais qui peut vraiment s'en étonner? J'entends également des rumeurs, je vois une. Ertaine activité sur IG et ailleurs. Je constate que des marchands et experts (à défaut de meilleur terme) que l'on voit d'habitude s'affairer autour des Rolex et PP semblent désormais s'interesser aux chronographes VC. Pour moi, ce mouvement me semble fort logique tant VC semble avoir été négligé ces derniers temps. Un juste recentrage, un retour de balancier? L'avenir nous le dira. Nous ne pourrions en tout cas que nous réjouir de ce que ce nouvel intérêt donna suite à de nouvelle publications et à une meilleure connaissance de ces modèles encore trop méconnu.

Encore merci à vous deux, Noodia et cisco pour vos interventions.

Z'
avatar
8ball

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par 8ball le Dim 20 Sep 2015, 13:26

Merci Z' . La rétrospective est très intéressante. Et me conforte dans ma préférence pour les modèles cousins des années 20 et 30 (le modèle qui est mis à l'affiche est magnifique) et le 4178, référence emblématique où l'on retrouve tous les codes esthétiques que j'associe à Vacheron & Constantin : boites / cornes, aiguilles fines, disposition du cadran, haute finition du mouvement.

Mais cette sélection permet aussi de comprendre pourquoi Patek bénéficie d'un premium sur les chronos : mouvement plus exclusif, finition encore supérieure, aussi proposé en boite étanche.

Cela est certainement la conséquence de la situation très difficile de VC dans les années 30. La marque fut une des plus impactées par la crise de 1929 et lors de son rachat par Jaeger-Lecoultre en 1938, la priorité semble avoir été mise sur les mouvements ultra fins et les montres de dames. Or c'est à cette période qui les "beaux" chronos connurent leur age d'or.
avatar
cisco

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par cisco le Dim 20 Sep 2015, 21:20

En terme de mouvement oui, néanmoins VC a offert des choses exceptionnelles en terme de boitiers et de cadrans

-Il y a aussi une boite étanche chez VC, c'est le corne de vache. C'est une montre étonnante, extravagante.
Il y a un contraste entre le côté sportif: monobloc sans lunette si mes souvenirs sont bons et poussoirs champignons, et de l'autre ces cornes extravagantes qu'on retrouve normalement sur des montres habillées.
J'avais pu essayer la version LeCoultre avec un Valjoux 71 ou 72 et j'avais trouvé cela... too much. C'est vraiment impressionant au poignet, c'est assez épais avec le monobloc et le fond vissé, ça ne laisse pas indifférent, Alex Ghotbi en est raide.

-on a parlé du 4178, pareil, j'adore cette monte et ce boitier un des plus esthétique du genre.



-En terme de cadran on parle souvent des mangifiques "sector dial" chez Patek mais je trouve que sur quelques exceptions Vacheron a donné largement le change et à mon sens des choses encore plus belle.

En reprenant les photos précédentes.
or bi ton échelle tachymétrique ET télémétrique



ce sector dial


Mais surtout celui ci auquel la photo ne rend pas justice


une photo d'un 4072 d'Alex avec un cadran comparable sans index appliqués, qui sont à tomber par terre

credit: Alex Ghotbi

Oui VC n'a pas de calibre qui atteigne le niveau du 13-130 néanmoins en terme de cadran et de boitier je trouve que la marque a offert des choses fabuleuses.
C'est aussi ce que j'aime chez VC , des boites parfois étonnantes ou "poétiques", des cadrans merveilleux, j'ai une faiblesse pour les guillochés qui n'ont pas vraiment d'équivalent chez PP par exemple.
avatar
8ball

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par 8ball le Dim 20 Sep 2015, 21:35

cisco a écrit:
-Il y a aussi une boite étanche chez VC, c'est le corne de vache. C'est une montre étonnante, extravagante.
Il y a un contraste entre le côté sportif: monobloc sans lunette si mes souvenirs sont bons et poussoirs champignons, et de l'autre ces cornes extravagantes qu'on retrouve normalement sur des montres habillées.
J'avais pu essayer la version LeCoultre avec un Valjoux 71 ou 72 et j'avais trouvé cela... too much. C'est vraiment impressionant au poignet, c'est assez épais avec le monobloc et le fond vissé, ça ne laisse pas indifférent, Alex Ghotbi en est raide.
Merci pour cette correction bienvenue. japonais

Référence 6087, dont voici une photo :

avatar
cisco

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par cisco le Jeu 24 Sep 2015, 15:11

Piquée sur l'IG de Philippswatch, simplement pour le plaisir
avatar
fenndalton

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par fenndalton le Sam 26 Sep 2015, 17:08

merci a toi Z' japonais pour ce tour d'horizon d'une complication et de son interprétation par VC depuis les années 30.
C'est loin d'être mon centre d'intérêt premier et ce sujet est une formidable porte d'entrée.

Quelle chance d'avoir pu également profiter de l'expostion et de la visite du SAV pièces vintage. Comme chez Longines, les personnes de ce service sont de véritables passionnés qui transmettent si bien leur passion.

@Cisco : quelle photo et quel montre Charmé
avatar
cedric38

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par cedric38 le Lun 28 Sep 2015, 14:09

J'en suis à la deuxième lecture de cette revue passionnée et passionnante, tant tu as insisté sur les détails, et les photos!

Je suis fasciné par la beauté des cadrans et le dessin des cornes de chaque chronographe, tu as dû te régaler lors de l'expo, tel un enfant, qui sommeille encore en nous, dans un magasin de jouets, juste pour lui.

Ou si j'ose le parallèle, un enfant dans un magasin de bonbons, tant ces beautés sont des friandises qui se dégustent visuellement avant d'en profiter pratiquement.

Une question de précision, à chaque description de pièce, tu parles du cadran et des index, sur la référence 4072, une de mes préférées, tu parles d'index "seringue". Sont ce réellement les index, ou parlais tu de la forme des aiguilles?
avatar
moonphase

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par moonphase le Lun 28 Sep 2015, 18:36

Merci à vous 2 pour cette belle piqure de rappel et ces magnifiques illustrations .

Et ces chronos 4178 , comme celui-ci , WOW!!!


Z'

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par Z' le Mar 29 Sep 2015, 00:52

cedric38 a écrit:J'en suis à la deuxième lecture de cette revue passionnée et passionnante, tant tu as insisté sur les détails, et les photos!

Je suis fasciné par la beauté des cadrans et le dessin des cornes de chaque chronographe, tu as dû te régaler lors de l'expo, tel un enfant, qui sommeille encore en nous, dans un magasin de jouets, juste pour lui.

Ou si j'ose le parallèle, un enfant dans un magasin de bonbons, tant ces beautés sont des friandises qui se dégustent visuellement avant d'en profiter pratiquement.

Une question de précision, à chaque description de pièce, tu parles du cadran et des index, sur la référence 4072, une de mes préférées, tu parles d'index "seringue". Sont ce réellement les index, ou parlais tu de la forme des aiguilles?

Merci pour ton appréciation, cedric38.
Enfin, quelqu'un qui me lit clown merci d'avoir relevé cette erreur, aiguilles et non index seringues (à défaut de meilleur mot)

japonais
Z'
avatar
thomasm

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par thomasm le Ven 02 Oct 2015, 12:57

J'ai enfin réussi à prendre le temps de m'accorder une première lecture de ton post.

J'insiste sur le terme "première lecture" car il m'en faudra une autre et même je pense une troisième pour ingurgiter l'ensemble des photos, commentaires et informations que tu délivres ici. C'est magnifique.

Passé cette première lecture donc, une chose me vient immédiatement en tête. Finalement, tout à déjà été inventé.

Je parle technique car depuis 30 ans, je n'ai pas l'impression que de réelles innovations (à comprendre au sens le plus basique) ait été apportées. Je suis dur, je le sais. Mais je ne considère pas que le fait d'avoir remplacé la roue à colonne, ou encore d'avoir inventé l’échappement en sillicium aient réellement changé quelque chose. Cela dit, c'est pareil dans de nombreux domaines, autres que l'horlogerie.

Je parle également design, dessin. Finalement, les modèles que tu as pris le temps de photographier pour les partager avec nous sont des dessins extrêmement classiques qui fonctionnent encore énormément aujourd'hui. C'est même, me concernant, ce que je préfère. C'est superbe.

Je ne vais pas partir sur le fait que "c'est dans les vieilles marmites que l'on fait....." mais quand même!! J'observe juste qu'actuellement, les codes sont revenus aux fondamentaux (le taille en plus parfois.. à mon grand regret).

Ma réponse est brève au regard du temps que tu as du passer (enfin que tu as passé, c'est une certitude) à écrire cet article mais encore une fois, je n'ai pas réussi en une seule fois à apprécier tout ce que tu as mis. ;-)

L'illustration de ce monopoussoir boîte coussin me laisse... sans voix.. déjà là, à ce stade de ton exposé, tu m'as calmé... ;-)

Merci en tout cas.

Z'

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par Z' le Ven 02 Oct 2015, 23:45

thomasm a écrit:J'ai enfin réussi à prendre le temps de m'accorder une première lecture de ton post.

J'insiste sur le terme "première lecture" car il m'en faudra une autre et même je pense une troisième pour ingurgiter l'ensemble des photos, commentaires et informations que tu délivres ici. C'est magnifique.

Passé cette première lecture donc, une chose me vient immédiatement en tête. Finalement, tout à déjà été inventé.

Je parle technique car depuis 30 ans, je n'ai pas l'impression que de réelles innovations (à comprendre au sens le plus basique) ait été apportées. Je suis dur, je le sais. Mais je ne considère pas que le fait d'avoir remplacé la roue à colonne, ou encore d'avoir inventé l’échappement en sillicium aient réellement changé quelque chose. Cela dit, c'est pareil dans de nombreux domaines, autres que l'horlogerie.

Je parle également design, dessin. Finalement, les modèles que tu as pris le temps de photographier pour les partager avec nous sont  des dessins extrêmement classiques qui fonctionnent encore énormément aujourd'hui. C'est même, me concernant, ce que je préfère. C'est superbe.

Je ne vais pas partir sur le fait que "c'est dans les vieilles marmites que l'on fait....." mais quand même!! J'observe juste qu'actuellement, les codes sont revenus aux fondamentaux (le taille en plus parfois.. à mon grand regret).

Ma réponse est brève au regard du temps que tu as du passer (enfin que tu as passé, c'est une certitude) à écrire cet article mais encore une fois, je n'ai pas réussi en une seule fois à apprécier tout ce que tu as mis. ;-)

L'illustration de ce monopoussoir boîte coussin me laisse... sans voix.. déjà là, à ce stade de ton exposé, tu m'as calmé...  ;-)

Merci en tout cas.



Merci! Ca me fait plaisir de voir que tu m'as lu et relu clown et que tu y a pris du plaisir.

Je saute tout d'abord sur la fin de ton message. Nous sommes tous d'accord pinar ce chronographe coussin des années 20 est tout simplement un chef-d'oeuvre. La photo de l'affiche n'est pas mal non plus.  cheers
Comme quoi, et là je passe à ta réflexion centrale, oui on a tout inventé, enfin presque, mais j'irais plus loin, on a tout et mieux fait, et cela très tôt. À titre de comparaison, je me fais souvent la réflexion à propos des premiers chronographes bracelets, que l'on arrive très vite à une perfection tant technique qu'esthétique. Les plus beaux chronographes bracelets mono-poussoirs sortent déjà vers la fin de la première décennie/ le début des années 20, comme en attestent ce magnifique chrono coussin VC et les premiers Longines 13.33. Même chose pour les chronographes à deux poussoirs qui apparaissent aux alentours de 1935. Les plus beaux exemplaires sont déjà sortis chez PP, VC et ailleurs, les inventions techniques sont déjà toutes en place avant la fin de la seconde guerre mondiale. Après, on perfectionne à peine. En fait à mon sens on perd graduellement de plus en plus. Certes on trouve de belles pièces, je pense surtout aux Navitimers et aux 30CH pour la fin 40 et les années 50. Certes, dès la fin des années 50 s'amorce un léger élan… Certes il y aura de fort beaux cadrans plutôt sportifs (Daytona PN, Carreras, etc. ) et même des avancements techniques (El Primero, etc.) mais c'est bien peu de chose en comparaison du festival de créativité et d'inventivité de la période héroïque des chronographes.
Le quartz apportera un un grand bain de fraicheur… On a vraiment fait des choses incroyables, mais le plus souvent d'une qualité douteuse. La Renaissance de l'horlogerie traditionnelle s'est bien entendu construite sur la redécouverte des canons de l'âge classique. Certaines marques ne se lassent pas de redécouvrir leur passé, d'autres ont sans vergogne faites leurs les canons esthétiques abandonnés par d'autres…  Rares sont celles qui sont mues par un soucis véritable d'innovation. De Bethune, Urwerk…
A mon sens la belle horlogerie est dans une situation de "catch 22". Et cela s'applique bien évidemment aux chronographes, LA complication phare (non seulement dans le moteur, sur le cadran mais aussi sur le boitier- qui demande une très grande maitrise pour être innovant techniquement et esthétiquement) Elle a envie d'innover mais, ce faisant, elle se tire une balle dans le pied car elle ne peut pas garantir pouvoir assurer la maintenance de ses inventions à long terme. Dans beaucoup des cas bien mieux vaut rester sur des solfions qui sont durables et qui ont résisté à l'épreuve du temps. C'est dans les vielles marmites…

Encore merci pour tes commentaires.

Z'

Contenu sponsorisé

Re: Le Chronographe Vacheron Constantin dans le temps

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017, 03:52