montresmecaniques


Hublot: Big Bang Sang Bleu

Partagez

foversta

Hublot: Big Bang Sang Bleu

Message par foversta le Lun 26 Sep 2016, 23:33

Texte original:
http://equationdutemps.blogspot.fr/2016/09/hublot-big-bang-sang-bleu.html

Un des principaux reproches formulés à l'encontre de Hublot est le nombre impressionnant de montres en série limitée donnant l'impression que la collection permanente n'est qu'accessoire face à une stratégie bien rodée. Et pourtant, il arrive que certaines de ces montres en série limitée aillent bien plus loin que le simple changement de couleurs et se distinguent par une complication particulière ou une approche esthétique décalée. C'est le cas de la Big Bang Sang Bleu, créée en collaboration avec le tatoueur suisse Maxime Büchi et fabriquée en 200 exemplaires. Sang Bleu est la plateforme artistique multidisciplinaire qu'il a fondée et dont le tatouage n'est qu'une composante.Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si cette montre fut présentée lors de la Fashion Week à Londres en février.

Le contexte tatouage - mode - courant artistique pourrait faire craindre le pire car il n'y a pas eu que des concrétisations heureuses lorsque ces univers sont allés à la rencontre de l'horlogerie. Et pourtant, la Big Bang Sang Bleu est une des montres Hublot les plus réussies de ces dernières années, tout du moins à mes yeux. Trois principales raisons peuvent expliquer mon coup de coeur:

- l'atmosphère de l'artiste est bien retranscrite,
- l'affichage de l'heure est original,
- et la montre est cohérente dans son ensemble, le boîtier ayant été revu pour s'adapter à l'affichage.



S'il fallait utiliser un seul adjectif pour décrire la montre, ce serait celui de "géométrique". Les angles et les polygones jouent un rôle fondamental dans le design unique de cette Big Bang et dès le premier coup d'oeil, on y retrouve l'influence de Maxime Büchi. Ce qui saute aux yeux de façon quasi immédiate est évidemment la forme de la lunette qui devient hexagonale. Ce changement n'est pas un acte gratuit puisque la lunette plante le décor pour l'affichage de l'heure. Elle transforme littéralement l'aspect du boîtier en titane poli qui devient plus typé et par la même occasion, plus difficile à apprécier. Mais c'est justement ce côté radical qui me plaît beaucoup. La taille de la montre accentue le rendu anguleux et la Big Bang Sang Bleu peut donner l'impression d'être plus grande que son diamètre réel (45mm en dehors des lunettes oreilles en résine noire).

La lunette, malgré son originalité, n'est finalement pas le clou du spectacle car le principal intérêt de la montre réside dans la façon avec laquelle elle donne l'heure. Son originalité provient de la réinterprétation du vieux principe des disques qui remplacent les aiguilles et c'est la raison pour laquelle, compte tenu des priorités liées à l'ordre des aiguilles, le grand disque, posé en premier, est dédié aux heures et le petit aux minutes. Le disque central noir officie en tant que trotteuse ou plutôt comme indicateur de marche.




En fait, chacun de ces disques rhodié a une forme octogonale et une structure apparente dont le but est de dessiner des polygones complexes au fil du temps qui passe. Les traits se mélangent et le cadran est en perpétuelle évolution. Cette concentration de lignes droites et de formes peut sembler confuse et nuire à la lecture de l'heure. Heureusement, les pointes des octogones qui suivent les graduations et qui servent donc à afficher le temps sont recouvertes de Superluminova blanc. La lecture de l'heure devient alors plus simple et similaire à celle des montres à disques. Ce type d'affichage nécessite une période d'accoutumance car contrairement aux aiguilles, seules les pointes sont apparentes. Lorsque les deux pointes sont proches et comme celle ces heures est la plus proche de la lunette contrairement à une montre "standard", un mélange entre heures et minutes peut s'opérer. Mais avec de la pratique, la lecture devient relativement aisée.

La force de cet affichage est sa beauté graphique. Il dessine, façonne le cadran et les disques octogonaux font écho à la lunette hexagonale. Alors se pose immanquablement la question de savoir pourquoi la lunette n'est pas elle-même octogonale. J'ai évidemment ma petite idée là-dessus! En tout cas, l'intérêt de la forme hexagonale, grâce à la position des vis, est d'aider à la lecture en apportant des repères supplémentaires. La graduation périphérique des heures est efficace, celle des minutes l'est moins du fait de sa position et parce qu'elle est partiellement recouverte par le grand disque octogonal. A noter que la police de caractères qui a été utilisée pour les chiffres a été développée par l'agence de design de Maxime Büchi ce qui est un signe du soin apporté à cette montre.




Un affichage basé sur un système de disques nécessite plus de puissance qu'un affichage traditionnel à aiguilles. Le mouvement Unico, ici dans sa version HUB1213 sans chronographe répond à cet enjeu car il a été conçu pour être un véritable tracteur de complication. La version du mouvement photographiée ne correspond pas, selon moi, à son aspect définitif. En effet, la masse oscillante est supposée reprendre le design géométrique de Maxime Büchi, or la masse ici présente conserve la forme habituelle du rotor de l'Unico.

En tout cas, le rendu contemporain et technique de l'Unico correspond parfaitement à l'esprit de la Big Bang Sang Bleu. C'est un mouvement que je trouve agréable à observer même si sa finition demeure industrielle. Sa réserve de marche de 3 jours est tout à fait satisfaisante.

C'est en mettant au poignet la Big Bang Sang Bleu que j'ai véritablement compris pourquoi je l'appréciais autant. Cette montre va au bout du concept et ne s'arrête pas à mi-chemin. Le boîtier est gravé avec des dessins géométriques qui se prolongent sur le bracelet en cuir de veau noir. Ainsi, l'ensemble de la pièce est véritablement plongée dans l'univers du créateur suisse ce qui la rend particulièrement aboutie et cohérente.




Malgré son gabarit imposant, la Big Bang Sang Bleu se porte avec confort grâce à l'excellente boucle déployante de Hublot, assurément une des meilleures du marché. Montre originale et de caractère, cette Big Bang est une très belle réussite de la part de Hublot et de Maxime Büchi. Elle apporte la démonstration que le boîtier Big Bang a une capacité d'évolution et que lorsque Hublot s'en donne la peine et va plus loin que le simple changement de couleur, la marque est capable de délivrer une montre en série limitée qui sort véritablement du lot.

Merci à l'équipe Hublot présente lors du Salon Les Montres.

Les plus:
+ l'originalité de l'affichage de l'heure
+ la cohérence esthétique de l'ensemble
+ les performances du mouvement Unico
+ le confort au porter malgré le gabarit

Les moins:
- une période d'accoutumance est requise pour lire l'heure
- la taille perçue est supérieure au 45mm et rend la montre peu adaptée aux poignets modestes

cisco

Re: Hublot: Big Bang Sang Bleu

Message par cisco le Mar 04 Oct 2016, 18:00

Merci FX d'avoir fait une Revue et de l'avoir mise ici ou les amateurs de Hublot sont... rares ou disons très discrets clown

C'est une Hublot donc , pour moi, ca doit être massif, impressionant, et n'étant pas amateur je n'en attend pas grand chose.
Là il y a visiblement un effort sur la forme, je te fais confiance par rapport à la cohérence à l'artiste, c'est largement plus que ce à quoi on est habitué pour des LE.
Et pour un amateur de la marque il a de quoi avoir quelque chose de vraiment différent tout en restant dans les codes de la marque.
Alors je n'aime pas car c'est une Hublot, mais pour une Hublot elle me parait très bien et bien mieux que bien d'autres. accord

    La date/heure actuelle est Mer 07 Déc 2016, 11:34